SharePoint 2010 et HTML5

Lorsqu’on est confronté à un CMS ou WCM, on se demande souvent s’il pourra tenir la cadence de l’avancée du Web ou si le code généré respecte les standards Web.

LA QUESTION DU NAVIGATEUR

HTML 5 est, plus ou moins, supporté sur les dernières versions des navigateurs récents. On peut considérer qu’à partir d’IE9 ou Firefox 3.5, par exemple, la compatibilité avec HTML5 est assurée. Même si celle-ci sera encore améliorée avec IE 10 et les dernières versions de Firefox.
Avec IE8 et IE7 la rétro-compatibilité est assurée avec des librairies javascript telles que Html5shiv ou même Modernizr .

Avec de telles librairies on assure une compatibilité structurelle notamment avec Html5shiv  qui va retranscrire convenablement les balises qui ne sont pas interprétées par le navigateur. Avec Modernizr, on va surtout aborder l’aspect fonctionnel. En effet on va pouvoir faire des tests sur le navigateur courant, et dire « Ce navigateur dispose t’il de la fonctionnalité Drag & Drop, ou Local Storage ? ». En fonction du retour de la requête, des développements spécifiques seront orientés afin d’avoir une application qui pourra fonctionner en Full HTML5.

HTML 5 DANS SHAREPOINT

les apports significatifs de HTML5 par rapport à son prédécesseur

ELÉMENTS QUI N’IMPACTENT PAS SHAREPOINT:

  • CSS3, MULTIMEDIA, GRAPHICS & 3D, DEVICE ACCESS, PERFORMANCE, OFFLINE & STORAGE, CONNECTIVITY.

Tous ces points sont dépendants du navigateur utilisé pour accéder à l’application SharePoint. En effet tant que le navigateur le permet, peu importe que l’on soit dans une application SharePoint ou non on peut répondre aux besoins qui nécessitent la mise en application desdites fonctionnalités HTML5.

SEUL ÉLÉMENT BLOQUANT:

  • LA SÉMANTIQUE

En somme, seul l’aspect sémantique s’avère être un point bloquant dans SharePoint. En effet, avec HTML5, SharePoint est censé poser peu de problème car il s’exécute dans un navigateur. Tant qu’on a la main sur le rendu HTML, et la page maitre de SharePoint on peut produire du contenu sémantiquement correct. Il s’agit ni plus ni moins que de la justesse des balises choisies pour représenter le contenu de la page.

Avec SharePoint on a la possibilité de produire le code HTML que l’on souhaite lorsqu’on se trouve dans une page maitre ou un gabarit de page.  On dispose de la même liberté d’action lorsqu’on  développe des composants « custom ».

Avec un template tel que Boilerplate,  qui est le fruit d’avis de plusieurs expertson peut très rapidement démarrer  avec une page maître aux normes en ce qui concerne HTML5 . Quant aux composants customs, il est de notre ressort de s’assurer que le code HTML généré corresponde aux contraintes posées par HTML5.

CONTOURNEMENT

Le vrai point bloquant dans SharePoint et plus globalement dans la version de .NET sur laquelle il s’appuie (.NET 3.5) , c’est le code HTML généré par les composants natifs. Même si SharePoint propose pléthore de composants, et de webparts le code généré n’est plus très conforme aux préconisations voulues en terme de sémantique par HTML5. En effet on se retrouve souvent pour les zones de webparts et les composants webparts avec une arborescence  de tableau en tr/td.

Cependant on dispose d’une technique dans SharePoint qui permette d’intercepter le composant et de modifier son rendu final afin d’atteindre le résultat escompté: il s’agit des adapteurs (fera l’objet d’un article technique).

Cette pratique, malheureusement, n’est pas viable car si l’on venait à modifier les balises natives par celles qui correspondraient à un code HTML5 correct, on toucherait au fonctionnement interne de SharePoint. Ceci entrainerait des bugs car les scripts SharePoint utilisent ces balises et ces arborescences pour naviguer entre les différents composants d’une page.

CONCLUSION

SharePoint 2010 s’appuie dans sa globalité sur XHTML1.0. Aujourd’hui ce format est délaissé au profit de HTML5 et ses avancées technologiques.

La flexibilité que procure le système des pages maitres, et des gabarits de pages dans SharePoint lui permette de s’en sortir et de suivre la cadence d’HTML5 et CSS3.

Au final avec ce type de mécanisme, on est capable de produire des pages HTML5 tout à fait acceptables, mais pour les puristes on serait bien loin de la perfection à cause du code HTML généré par les composants natifs SharePoint.

Share This